Il y a 10 ans, les entreprises étaient très réticentes à héberger leurs données hors de l’entreprise. Avec l’évolution de l’offre en infonuagique (cloud computing), elles sont devenues de moins en moins réticences, mais surtout de moins en moins méfiantes.

Je ne remets pas en question l’apport positif du cloud computing pour une entreprise. Mais malheureusement, à notre époque où il n’est plus possible de prendre un avion sans montrer la couleur de ses ‘bobettes’ et où les serveurs informatiques et l’espace disque sont devenus bon marché, des organismes profitent également de la situation pour capter le maximum d’information et faire de l’espionnage.

Vous avez tous entendu parler de l’ancien consultant de la NSA (National Security Agency) Edward Snowden. Il a révélé que les pratiques de la NSA consistent (et non consistaient) à collecter massivement tous types de données et non à faire une surveillance dirigée contre des cibles spécifiques.

Au début, ses révélations mettaient en émoi tous les services secrets de la planète et comme moi, vous ne vous sentiez sans doute pas vraiment concerné. Sauf que depuis quelques semaines, ce sont les grands acteurs de l’Internet comme Facebook  ou Google qui font des sorties médiatiques dirigées contre les pratiques de la NSA. Pourquoi ?

Parce que Mark Zuckerberg (le fondateur de Facebook) et Larry Page (le patron de Google) voient l’impact négatif sur leurs affaires qu’engendrent les relations de leur entreprise respective avec la NSA. En effet dans le cadre de sa collecte massive de données, la NSA a accès aux données des grandes entreprises Internet américaines et par conséquent possède VOS données. En d’autres termes, votre profil Facebook avec vos relations personnelles et professionnelles, vos photos à diffusion restreinte, vos recherches sous Google… tout a été récupéré par le gouvernement américain.

Là, on se sent plus concerné !

Et il en va de même avec les données des entreprises. Les bases de données des clients font partie des biens les plus précieux pour une entreprise, mais si vous utilisez par-exemple un CRM en ligne (Customer Relationship Management) et que vos données sont stockées sur un serveur aux États Unis, vos données ne sont peut-être plus en sécurité.

Ceci soulève quelques questions. Les entreprises (canadiennes, européennes ou autres) sont-elles suffisamment protégées en utilisant les services des entreprises Internet américaines ?

Pour certains services comme les réseaux sociaux et moteurs de recherche les plus populaires dans le monde (Facebook, Twitter, LinkedIn, Google…) nous n’avons pas le choix de les utiliser.

Mais pour d’autres services Internet qui existent aussi dans d’autres pays, il est peut-être judicieux de ne pas avoir recours aux entreprises américaines pour se protéger des programmes d’espionnage mis en place par Washington.

Peut-être que tous les gouvernements en font de même. Mais aujourd’hui, on est sûr que le gouvernement américain le fait, alors commençons à prendre les mesures pour se protéger contre lui.

François Dahlem 
 1-877-638-6584 #10
fdahlem@adnetis.com