(source : eMarketer.com) - traduction libre

Le nom et les données démographiques  sont les éléments de base les plus utilisés pour la personnalisation des courriels.

Les spécialistes marketing continuent à mettre davantage l’accent et d’argent  sur la personnalisation, mais des recherches récentes indiquent qu'ils rencontrent des problèmes avec les données de bases. 

En avril 2015, l’étude menée par Researchscape pour Evergage  montre que 49% des spécialistes marketing mondiaux ont l’intention d’augmenter cette année leurs dépenses pour  la personnalisation,  contre seulement 8% qui vise à diminuer les budgets. Cependant, en juin 2015 l’étude menée par VB Insight, indique que les spécialistes marketing se contentent des données de base  lorsqu’il s’agit d’y mettre des efforts.

Concernant les types de données personnelles liées à l’identité utilisés à des fins de personnalisation, les spécialistes marketing étaient plus portés à nommer les bases, telles que l'adresse courriel (57%), le nom (45%), le lieu (41%) et la démographie (40 %). Dans les renseignements les plus avancés, comme les données liées à la localisation (18%), les détails du style de vie (15%) et psychographiques (8%),  ils étaient beaucoup moins fréquents.

Au premier trimestre 2015, les recherches d’Econsultancy et IBM ont obtenu des résultats similaires.  Au moment  de comprendre le comportement de la clientèle, nécessaire à la personnalisation, les spécialistes marketing en Amérique du Nord étaient plus enclins à utiliser l’historique du service à la clientèle (71%) et les profils démographiques (66%).  Les données des achats en ligne ainsi que les interactions hors ligne et la géolocalisation ont été utilisées par moins de la moitié des répondants.

VB d’Insight  a démontré que les spécialistes marketing éprouvent de la difficulté avec la collecte de données : 80% mentionnent qu’ils ne connaissent pas leurs clients au-delà des données de base telles que la démographie et l’historique d’achat. L’unification des données qu’ils ont recueillies était encore plus difficile. 96% ont indiqué qu’il était laborieux de construire une vue unique et complète d'un client. Un problème majeur lorsque l’on considère que les spécialistes marketing (plus de six sur 10 interrogés en mars 2015 par Signal), mentionnent qu’ils  ne peuvent personnaliser  l’expérience client de la façon dont ils le désiraient en raison des données et des profils fragmentés.

Les spécialistes marketing qui sont en mesure de surmonter les problèmes de données récoltent les fruits de leurs labeurs. En juin 2015, Econsultancy en association avec Signal a sondé les spécialistes marketing de haut niveau en Amérique du Nord à propos de l’effet de leurs investissements marketing liés aux données; 36% ont eu un effet très positif, tandis que 47% avaient au moins un effet plutôt positif, un élément qui peut être amélioré si les spécialistes marketing peuvent recueillir, intégrer et agir sur les données les plus avancées.